Anonyme , Analyste M&A

“ Les métiers du « Corporate Finance » sont des métiers de conseil à destination des dirigeants d’entreprises et actionnaires (industriels, financiers, publics, …). ”

Avis déposé le 09/12/2012

Note globale : ★★★★

Intérêt du métier ★★★★★

Diversité des missions ★★★★

Perspectives d’évolution ★★★★

Responsabilités ★★★★★

Equilibre vie pro / privée ★★★★

Ma carrière :Ma carrière en est qu’à ses débuts. J’ai approximativement 2 ans d’expérience en M&A (Fusions-Acquisitions) comme analyste financier, dans des structures complètements différentes. A la fois des petits cabinets de conseil de 10/20 personnes et des banques d’affaires de taille moyenne de 50/100 personnes.

Je suis intervenu sur des opérations de M&A à la vente comme à l’achat et sur des opérations à effet de levier dans des secteurs variés comme la santé, les technologies, les télécoms, l’agro-alimentaire et la distribution.

Je travaille à un poste de junior dont la responsabilité reviens 1) à l’origination de mandats par la réalisation de présentations commerciales, évaluation financière d’entreprises, recherches de contreparties (investisseurs, acquéreurs, …) 2) à l’exécution des mandats obtenus.

Ma formation :Mon parcours est plutôt atypique pour cette branche de la finance.

J’ai un parcours académique essentiellement universitaire et ponctué d’une formation spécialisante  en école de commerce (Mastère Spécialisé Ingénierie Financière - EM Lyon). Formation intense et une des meilleure en France actuellement pour la spécialité « Corporate Finance », soit dit en passant.

Les niveaux d’exigence à l’université sont plus faibles et les acquis moins solides. Hors, ce métier requière des connaissances et des compétences pointues pour qui veut le faire de façon non artisanale. Une formation d’excellence est souvent un passage obligé, si ce n’est recommandé pour intégrer ce milieu.

Mon métier :Les métiers du « Corporate Finance » sont des métiers de conseil à destination des dirigeants d’entreprises et actionnaires (industriels, financiers, publics, …). 

Nous intervenons à des moments clés de la vie d’une entreprise, comme la restructuration de son bilan, la cession partielle ou totale du périmètre d’activité de l’entreprise, l’acquisition d’autres sociétés dans le cadre d’une stratégie de croissance externe, la levée de fonds auprès d’investisseurs privés (sans appel aux marchés financiers), publics (introduction sur le marché boursier) ou les deux en même temps.

Les opérations que nous menons ont une vocation soit stratégique, soit patrimoniale.

Attraits du métier :Ce sont des métiers difficiles et très prenant en terme de temps.

La contrepartie est que ce sont des métiers intéressants intellectuellement et très « challenging ». On est aussi au plus près des décideurs d’entreprises, des actionnaires, … et quand on aime l’entrepreneuriat, ça compte énormément.

Et pour ne rien cacher et être complet, on gagne plutôt bien sa vie (à condition d’être dans une grosse structure et de tenir la cadence)

Points négatifs :Le temps passé au travail (quasi-absence de vie privée). C’est dur à supporter, mais on sait pourquoi on fait ce métier, quelques soient les raisons de chacun.

Et plus la structure est importante, plus l’investissement professionnel est important (au moins en volume horaire)

Qualités requises pour réussir dans ce métier :Etre travailleur, ne pas compter ses heures, avoir l’esprit vif, être curieux, être méticuleux même, avoir un bon relationnel et le sens du travail en équipe… je pourrais en citer beaucoup !

Le métier exige beaucoup d’investissement personnel, toutes les qualités s’y afférant sont requises.

Conseil à donner aux candidats intéressés par ce type de carrière :Premièrement, le marché de l’emploi dans ce secteur s’est tendu. Quant il fallait auparavant quelques semaines voir quelques mois pour trouver un emploi, aujourd’hui les choses sont beaucoup  plus compliquées et on peut mettre plus d’un an pour trouver un job.

D’autant plus que les filières de formation spécialisées ne désemplissent pas et que les candidats sont toujours aussi nombreux pour un marché réduit. Alors, premier conseil, accrochez-vous !!!

Deuxièmement, si les premières années vous n’êtes pas prêt à être moins bien payé que le SMIC (en relatif, c'est à dire comparé au taux horaire), alors abandonnez !

Troisièmement, et les professionnels du secteur le savent bien, c’est un métier intéressant et stimulant alors il faut tout donner !

De toute façon, si on n’est pas fait pour ce métier, on ne tiens pas… il n’y a pas de secret.